Blacking Out
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 29 Juin 2022
Résumé | Test Complet | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Chip Mosher
Dessin : Peter Krause

Delcourt présente ce mois-ci Blacking Out, un roman graphique indépendant dont la publication a été financée grâce à une campagne de crowdfunding sur Kickstarter. L'ouvrage, composé d'un volume relié de cinquante-six pages, marque les débuts de Chip Mosher, actuel superviseur en chef chez comiXology (une plate-forme de distribution numérique de bandes dessinées américaine populaire appartenant à Amazon.com) en tant que scénariste. Pour le côté graphique, l'auteur américain a fait appel à la collaboration de Peter Krause, un artiste ayant un partenariat de travail de longue date avec DC Comics. Le cadre de Blacking Out est la ville californienne d'Edendale (vraisemblablement inspirée du quartier homonyme de Los Angeles, qui existe réellement). Malgré le nom aux caractéristiques paradisiaques (il se traduit en fait par "creux d'Eden"), cet endroit ressemble plus à l'enfer puisqu'on le retrouve déjà dans les toutes premières pages menacé par un indomptable feu de forêt. Alors que les autorités se bousculent pour contrer la catastrophe en cours, un type à la mâchoire carrée avec une moustache redneck qui ferait envie à Lemmy Kilmister (bien qu'il soit britannique) commence à enregistrer une cassette. Il s'agit de Conrad dit "Connie " pour ses amis et collègues. Notre protagoniste est un ex-policier en proie à des problèmes liés à l'alcool qui lui ont coûté sa carrière. Après une période de semi-dépression due à la fois au licenciement et à la persistance de sa dépendance, Connie décide de reprendre sa vie en mettant la main en privé à l'enquête sur le meurtre de la jeune Karen Littleton. Pour lui en offrir l'opportunité, c'est l'astucieux avocat Lund, son collaborateur de longue date, qui officie en coulisses. Les deux, mais surtout Connie, feront tout pour faire toute la lumière sur les circonstances singulières dans lesquelles le crime susmentionné a été commis. Le corps de Karen Littleton avait en effet été retrouvé calciné à l'épicentre d'un violent incendie de forêt similaire à celui en cours. Le bassin brisé de la victime avait cependant convaincu à la fois les enquêteurs et Connie et Lund que ce n'était pas l'incendie qui avait tué la jeune fille. Un mystérieux crucifix en or appartenant à la victime sera la clé pour résoudre l'affaire.

En lisant  Blacking Out , on rencontre et on retrouve irrémédiablement une série de stéréotypes , notamment en ce qui concerne les personnages. Commençons par le protagoniste, Connie. Il incarne à tous égards le cliché du policier américain disgracié : un vrai dur à cuire dont l'alcoolisme avec renvoi conséquent le conduit à une longue série de bonnes nuits brusquement interrompues grâce à l'entrée en scène d'une nouvelle raison de vivre, ici représentée par Anita, une fille avec qui Connie entame une relation plutôt sérieuse. L'avocat Lund est aussi assez typique dans son ensemble : un vieux renard qui incarne ce qu'il y a de plus négatif dans l'exercice de son métier. Sa méchanceté n'est que mitigée par son irréductibilité à vouloir empêcher l'affaire Littleton de sombrer dans le noir abîme des cold cases américaines. Le seul personnage à s'être épargné de cet enchaînement de clichés est le mécanicien Matthew "Mattie" Madison, qui jouera un rôle fondamental dans l'enchevêtrement et le démêlage des événements tout en restant pratiquement dans l'ombre pendant la majeure partie du travail. Paradoxalement, ces clichés sont le point fort de  Blacking Out d'un point de vue narratif. En fait, ils donnent au lecteur l'impression de se retrouver devant l'histoire habituelle de rédemption ou de réinvention, voire de rédemption. Bien qu'il s'agisse d'un  thriller nu et cru, Peter Krause semble avoir conservé dans le dessin la même verve graphique des histoires de super-héros qui l'ont consacré (parmi les monstres sacrés de DC Comics avec lesquels ses crayons ont dû se mesurer, Shazam , le septième Starman Jack Knight et Superman lui-même). Presque tous les dessins animés de Blacking Out sont dominés par des tons chauds, à l'exception des scènes de nuit et des flashbacks. Ce choix semble rappeler continuellement au lecteur la présence constante du feu qui dévore la campagne entourant la ville, dont la lenteur semble symboliser la conscience du protagoniste qui s'use et s'efface lentement au fur et à mesure qu'il fait des choix discutables du point de vue de la direction de l'enquête. L'action est réduite au minimum, pour s'attacher de manière prépondérante une fois de plus à la manière peu orthodoxe et stéréotypée de mener les interrogations de Connie, qui est liée au discours abordé tout à l'heure sur l'effectivité des clichés. Tous ces éléments ne marquent pas de points pour  Blacking Out en termes d'originalité, le fait est qu'il s'agit tout de même d'un travail de qualité signé par des professionnels auquel il vaut la peine de consacrer du temps, grâce à la brièveté et à l'autoconclusion.

VERDICT

-

Blacking Out est ce que beaucoup appelleraient facilement une histoire "si américaine", cependant sa douceur, ses personnages typiques mais non anonymes et son intrigue bien orchestrée aux implications appréciables élèvent son sept et demi de départ à un huit complet. Une poignée de main virtuelle aux auteurs.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés